RSS
RSS


Forum RPG basé sur une école de magie en plein coeur de Paris. Entre attaques de démons et suspicions des mortels, le monde semble êre au bord du gouffre, et l'Institut le dernier rempart contre la fin du monde... Mais, est ce que ce sera suffisant ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Intrigue 02
Et si vous veniez gagner un nouveau pouvoir ?
01/08/2013
Ouverture du forum. Nous avons deux ans !
Intrigue suivie : le Graal
D'étranges livres... Quatre livres pourraient vous mener jusqu'au Graal
Où sont ils ? Pourquoi ont ils été créés ? venez trouver les réponses ici
Bienvenue
Soyez les bienvenus dans notre petite famille ! On n'attend que vous ;)

Partagez| .

Harmonie de St. Ange ~ Un ange? Oui, peut-être, mais pas au paradis!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage




ღ bouclier humain ღ
avatar
Harmonie de St. Ange
http://institutchevalier.forumactif.org/#bottom http://institutchevalier.forumactif.org/
Quêteur - Niveau 1
► Messages : 279 ► Date d'inscription : 25/02/2015
► Crédits : 3501 ► Chambre : 2-4 ► Pouvoirs : Phytokinésie +++
Métamorphose -
Vision ++
Don des Callegan (Don de guérison)
Hydrokinésie N.1 [Intrigue]


MessageSujet: Harmonie de St. Ange ~ Un ange? Oui, peut-être, mais pas au paradis! Sam 16 Mai - 16:11


         
Harmonie de St. Ange
Informations

         
Salut à toi, je m'appelle Harmonie de St. Ange mais tout le monde me surnomme euh... ça dépend des humeurs... j'en ai déjà entendu pas mal, de Mélodie à Philadelphie en passant par Partition. Mais Mony me plait bien mieux, c'est comme ça que m'appelle mon frère et je suis née le 10 Août 1990 , à Paris en France. Si tu sais compter j'ai donc 24 ans. Aujourd'hui, je travaille en tant que étudiante en médecine. Tu veux savoir un secret ? Dans la vie je suis hétérosexuelle, enfin je crois et je suis actuellement célibataire. Oh, et surtout n'oublie pas que je suis une sorcière. Pour terminer ma principale phobie est de ne pas réussir mes études et ma vie, de devenir allergique aux animaux... Non, en fait, c'est de perdre ma famille. Elle est tout pour moi et je ne sais comment je m'en sortirait sans elle.

Pouvoirs

♪ Pouvoir Elémentaire Phytokinésie
♪ Pouvoir Psychique Métamorphose
♪ Pouvoirs communs Vision améliorée
♪ Pouvoir de Race Spéciale Le don des Callegan

Questions indispensables

 
Je me trouvais dans l'école lors de l'intrigue Attaque de zombies :
OUI NON
Permet d'avoir été vacciné contre les morsures de zombie

Je me trouvais dans l'école lors de l'intrigue Téléréalité démoniaque :
OUI NON
Permet de prétendre aux quêtes 'rêves démoniaques'
 

         
Caractère

         
Je ne me suis jamais vraiment sentie à l'aise dans les auto-portraits. Déjà, à l'école, parler de moi me déplaisait. Peut-être parce que je pensais toujours aux autres avant moi et que je ne me considérais pas comme intéressante. Je n'étais qu'une élève comme il en existait des centaines dans cette école et je n'avais rien de spécifique à mettre en avant. J'étais peut-être une bonne (excellente) élève, mais cela ne me rendait pas exceptionnelle pour autant. Et de toute manière, je n'aimais pas cela. Rédiger une rédaction que me représentait physiquement était déjà compliqué, mais dès qu'elle touchait au caractère, cela devenait carrément déplaisant. Mais comme j'étais quelqu'un qui faisait ce qu'on lui demandait, respectait l'ordre et la discipline, voulait toujours faire plaisir aux autres et surtout qui aimait faire les choses bien et de manière ordonnée, j'y mettais le meilleur de moi-même même si cela ne me plaisait pas. La vie n'est pas un long fleuve tranquille, il faut savoir y faire face... S'attaquer un exercice aussi banal qu'un devoir qui ne nous plait n'est que le début d'une longue liste de choses déplaisantes que nous devrons affronter un jour.

Je n'étais pas quelqu'un de compliqué cependant. Quelqu'un de discret, souriant et calme... Généreux aussi, d'après bon nombre de personne. Quelqu'un qui n'aimait pas faire de vagues, qui préférait aussi souvent la solitude aux foules. Quelqu'un qui préférait la compagnie d'un bon film ou d'un bon livre bien plus que celle des des gens. La présence des animaux aussi. La nature est mon univers, le parc de l'école était et est toujours mon refuge... Je comprends l'esprit de la faune et de la flore qui m'entoure. Ils vibrent sur la même longueur d'onde que mon âme. La compagnie des animaux, de leur côté humble, puissant et sans malveillance, m'est toujours paru préférable à celui d'êtres humains dont les secrets profonds n'étaient parfois pas toujours beaux à voir. Je ne dis pas que les secrets sont un mal... J'en ai, beaucoup, un paquet même. Des sentiments profonds, des émotions insolubles que je vais exposer à la seule personne qui me comprend pleinement à ce sujet : Maman! Je suis un paradoxe insoluble que j'ai encore du mal à affronter. Les autres sont toujours ma priorité, cependant je préfère ne pas les côtoyer outre mesure. J'ai quand même apprit à m'ouvrir au monde, l'envie de découvrir ce qui m'a si longtemps échappé, me paraissant inutile par rapport à l'équilibre harmonieux de la nature. Heureusement, d'une certaine façon. En tant que médecin en formation, le contact humain est primordial. Mais c'est mon métier et c'est facile! Plus qu'une volonté de suivre les traces de mon père, la médecine est vraiment une vocation. Elle m'apporte un équilibre émotionnel, la sensation d'être utile et de mettre à profit le don qui m'a été donné à ma naissance.

         
Biographie

         
Paris, été 1987

Ceci est l'histoire de deux cœurs. L'histoire d'une femme et d'un homme que le destin plaça sur le même chemin. L'histoire d'un amour défiant les conventions. Elle prit corps dans un endroit atypique, les couloirs d'un hôpital, l'Hotel Dieu. Le jeune interne croisa le regard de la jeune femme venue accompagner sa mère pour une entorse à la cheville sans gravité. La jeune femme l'éblouit par sa fraîcheur, son humour et ses cheveux roux, elle fut envoûtée par sa douceur, son sourire et ses yeux pétillants de malice. Le soir même, tandis que la maman de la jeune femme trouvait un repos bien mérité après une journée riche en émotions, le jeune homme, prénommé Charles, invita la jeune femme, Claire, à boire un verre. En gentleman qu'il était, il la ramena chez elle après deux heures de discussions banales mais agréables, lui intimant gentiment de prendre bien soin de sa maman. Après un baiser sur la joue, il la laissa rejoindre l'appartement, un sourire étrange sur le visage... Charles était amoureux ! Il ne vit pas que Claire affichait la même expression de ce doux envoûtement.

Le lendemain, après sa garde, Charles se trouvait sur le pas de la porte de Claire, officiellement pour prendre des nouvelles de sa maman, Violette. La dame se portait comme un charme, mais ça sen doutait... Comme Claire se doutait qu'il s'agissait d'un stratagème pour la revoir. Avant de repartir, après un verre de citronnade, le jeune homme proposa à Claire un nouveau rendez-vous, quelle accepta avec pudeur, cachant aussi bien l'explosion de joie qui couvait en elle que l'angoisse latente concernant la malédiction des (trouver nom). Une malédiction qui n'en était point vraiment une. Il s'agissait plus dune habitude masculine avec les femmes de cette lignée. Claire n'avait jamais connue son père et portait le nom de sa mère. L'homme n'avait plus jamais voulu entendre parler de la femme et de leur enfant à naître. La peur, l'incompréhension l'avait fait fuir, comme l'ensemble de la gente masculine qui avait permis aux Callegan d'exister. Pourtant, cette famille n'avait rien fait de mal, elle était même la générosité même. Les femmes de cette famille possédait un don de guérison puissant. Les garçons étaient eux dotés d'un pouvoir de protection hors du commun... De toute manière, les Callegan n'avaient rien de commun. Elle était composée entièrement de sorcières et de sorciers. Des gens en communion avec la nature et les forces de ce monde. Ils ne pouvaient se reproduire qu'avec des humains pure souche au risque de perdre leurs dons principaux, qui d'après la légende familiale, seraient un jour primordiaux pour le monde. Personne n'avait dérogé à cette règle depuis des siècles et des siècles.

Et Claire ne serait pas la première. Cependant, son espoir brûlant en son coeur espérait que Charles serait l'exception, celui qui accepterait sa nature si spéciale, sa nature qu'elle ne pouvait cacher.

Violette, douée d'empathie, ressentit fortement le désarroi de sa fille. Elle lui conseilla sans détour de dévoiler au jeune homme la particularité de sa famille... Les particularités au pluriel!

A la fin du dîner en tête à tête particulièrement enjoué, détendu et romantique, Claire prit une grande inspiration et dévoila à Charles un de ses pouvoirs ! Elle porta sa main au dessus du bouquet de roses en boutons posé sur une table toute proche. Les roses s'ouvrirent dévoilant leur cœurs écarlates. Et pendant de longues secondes, Claire vit le regard de Charles s'assombrir. Elle l'imagina déjà prendre la fuite ou hurler à la sorcellerie. Ce dont il s'agissait en réalité! ...

Mais le jeune homme ne quitta pas sa place, ne hurla pas, continua à fixer la femme en face de lui... Avant de lui sourire. Il s'exclama à la magie. Claire s'était fait des milliers de films sur l'esprit cartésien du médecin qui n'allait pas parvenir à accepter ce qu'elle était. Elle se trompait lourdement. Il s'empressa de demander si elle savait faire d'autres tours, des étoiles dans les yeux, émerveillé par la demoiselle. Elle sourit et lui expliqua tout de bout en bout, lui dévoilant ses dons. Au lieu de l'effrayer, cela l'enchanta. Elle lui montra comment elle pouvait faire pousser et bouger les brins d'herbe. Elle lui offrit la vision d'un mon qu'elle créa rien que pour eux à partir de son esprit. Et elle lui expliqua que malgré le fait qu'elle était capable d'avoir des visions, elle avait incapable de connaitre sa réaction. Puis elle lui expliqua plus concrètement son pouvoir de guérison. D'une certaine manière, il effraya le futur médecin, mais l’émerveilla en même temps.

Voilà comment, pendant de nombreux mois, les amoureux engagèrent une relation basée sur l'honnêteté. Une relation lente, prudente mais portée par des sentiments passionnés. Au bout de deux ans, Charles demanda la main de Claire à Violette. Ainsi la jeune femme devint madame de St. Ange. La première de sa lignée depuis des générations incalculables à porter le nom de son mari. Issu de la petite noblesse française, plutôt fortuné, la peur de Charles avait toujours été de tomber amoureux d'une femme qui n'en voudrait qu'à son argent, comme cela avait été le cas pour de nombreux membres de sa famille... La malédiction des St. Ange! Qui elle aussi prit fin comme celle des Callegan. Les réactions de la famille St. Ange n'eurent que peu d'impact sur la décision de Charles. Il aimait Claire et ne doutait pas que la demoiselle était porteuse des mêmes sentiments. La sœur aînée du fiancé se réjouit du choix de son frère. Elle appréciait beaucoup Claire bien que ne sachant rien du tout des pouvoirs de la jeune femme. Elle était déjà venu à plusieurs reprise s'approvisionner dans le petit magasin de thé et de tisanes naturelles tenu par la jeune femme. Les plantes n'avaient aucun secret pour Claire, cela aillait de soit! Le petit frère de Charles ne chantait pas la même chanson mais cela ne le choqua pas. Quant aux parents du jeune homme, ils acceptèrent le choix de leur fils héritier sans trop de difficultés, Claire les ayant conquis au fil des mois.

Le 10 août 1990, dix mois après un mariage en toute simplicité entourée principalement de la famille proche et de quelques amis, une petite fille vint un au monde et fut prénommée Harmonie Renée Ange. Harmonie, pour la douceur des traits de son joli visage et les roucoulements harmonieux sortant de sa petite bouche mais aussi comme le second prénom de sa grand-maman maternelle, Renée comme le prénom de la mère de Charles et Rose comme le bouquet de fleur qui lia à jamais ses parents.

Cette petite fille, c'est moi! Une enfant aimée et choyée par ses deux parents, au destin déjà tout tracé. Papa savait déjà que je suivrais le chemin de maman, portant dans quelques années sur ma peau la traces des guérisseurs Callegan. Trace au sens propre.

Dix-huit mois après moi naquit mon petit frère, Erwan, qui lui, porterait sans nul doute le don de protection des Callegan.

Maman proposa à papa que l'on nous envoie l'un comme l'autre à l'Institut Chevalier directement en maternelle. Cette école spéciale apportait une qualité de cours hors du commun. Cela avait été le premier point qui avait persuadé papa. Le second avait été qu'il ne saurait se passer beaucoup de temps avant que mon frère comme moi montrions des capacités spéciales, comme celles de maman. La phytokinésie, comme elle la nommait, serait un don qui nous viendrait naturellement même si il nous faudrait apprendre à le maîtriser. Mais d'autres pouvoirs pourraient voir le jour et ceux là serait des surprises, différentes pour chaque enfant. Il serait alors préférable de nous placer dans un environnement nous permettant de les découvrir en toute tranquillité. La phytokinésie se développa d'ailleurs à l'âge de 7 ans.

Mon frère et moi fûmes parti des rares enfants à rentrer tous les soirs chez nous, nous parents habitant à Paris. Cependant, au bout de quelques années, il nous arriva de demander à rester à l'Institut. Erwan pour s'amuser avec ses petits copains, moi pour pouvoir passer plus de temps à la bibliothèque merveilleuse de l'école, préférant toujours le compagnie apaisante des livres à celle des hommes.

Lorsque j'eus 10 ans, il fut temps d'activer mon don de guérison. Cela se pratiquait de la même manière depuis une éternité. Sur l'avant bras gauche de la demoiselle était créé un tatouage aux contours noirs rempli d'une teinture dorée. Des mots ancestraux étaient prononcés, annonçant à la nature qu'une nouvelle guérisseuse entrait dans la grande famille des Callegan. A partir de maintenant, je pourrais utiliser ma capacité spéciale pour soigner n'importe quelle créature dans le besoin. Je pourrais détecter avec précision sa blessure et la guérir en quelques secondes... Uniquement blessure, pas maladie! Seulement, cela ne se produirait pas sans mal. La magie intemporelle gérant les dons de ma famille provient d'une énergie puissante qui lie les êtres entre eux. Ainsi, ce don est aussi une torture pour celui l’utilisant pour le bien d’autrui. Il s'agit d'un partage d'énergie permettant de découvrir le problème, ainsi, la douleur assaille la guérisseuse en même temps que la compréhension du mal. Quant au soin en lui-même, il s'agit d'un transfert d'énergie. La guérisseuse prend la blessure sur elle, permettant la guérison du blessé. Imaginez que quelqu'un se casse la jambe. La détection de la fracture est déjà une torture, mais la guérison est encore pire...

Tout ce processus est guidé par une série d'incantations : La première appelle le mal pour  détecter la blessure: Appello Dolor. La deuxième attire la blessure à la guérisseuse : Allecto Dolor. La troisième la fait disparaître du corps de la guérisseuse : Evanesco Dolor. Cependant, ce don de réelles limites. Elles sont toutes beaucoup plus en lien direct avec la guérisseuse qu'avec l'importance de la blessure de la victime. L'important est que la guérisseuse soit dans la capacité de dire la dernière incantation. C'est la règle primordiale. Si elle n'y parvient plus, elle risque de ne pas survivre à la guérison. Ne serait-ce qu'un évanouissement du à la douleur peut lui être fatal dans certaines situations. C'est pourquoi il est depuis toujours chaudement recommandé à une guérisseuse de ne pas agir seule, d'être accompagnée. De plus, une guérisseuse ne pourra jamais ramener un mort à la vie. Les battements du coeur de la victime en demande soin est impératif. L'utilisation du don sur une personne dont le coeur ne bat plus arrêterait le coeur de la guérisseuse. Nombre d'entre elles sont mortes dans le passé à cause d'une envie folle de sauver un de leurs proches de la mort. Certaines ont eu la chance d'être sauvées par les méthodes actuelles de réanimation. Mais la victime, elle, n'a jamais eu cette chance. L'autre point important en ce qui concerne les guérisseuses Callegan est de toujours vérifier son tatouage. La zone dorée n'est pas une teinture ordinaire. Elle est en rapport avec le lien énergétique qui relie la guérisseuse à la nature, cette même énergie appelée pour utiliser son don. La zone dorée rétrécie à mesure que la guérisseuse utilise son don. Il est nécessaire pour elle de renouveler et remplir son corps de cette énergie au cours d'une cérémonie et d'une communion avec la nature. Cette cérémonie ne se fait pas en un instant, elle est longue, dure toute une nuit et implique des ingrédients spéciaux et une solitude absolue. Ainsi il est important pour la guérisseuse de rester vigilente afin d'avoir toujours assez de force pour accomplir sa tache. Une disparition totale de la zone dorée serait synonyme de mort de la femme.

Une vérification équivalente est nécessaire pour les garçons de la famille qui eux aussi doivent pratiquer une cérémonie spécifique afin de maintenir leur énergie de protection à un niveau suffisant. C'est un entretien et une vérification constante, en particulier dans le monde actuel, mais j'y reviendrai!

Pendant de nombreuses années, je n'ai pas vraiment eu l'occasion d'utiliser ce pouvoir ancestral. Je ne l'ai pratiqué qu'à de rares reprises, pour des blessures bien peu importantes. Mais je ne pouvais supporter de voir les gents souffrir. Une coupure du à une feuille trop bien aiguisé ou une entorse, je suis toujours parvenue à mon but. Et mon tatouage est resté pratiquement plein durant de nombreuses années... Jusqu'en 2012 en fait, mais j'y reviendrai!

Si je n'avais pas beaucoup d'amis à l'école, j'étais par contre appréciée de tout le monde. J'avais trouvé l'équilibre parfait pour mon bien-être et celui de tout le monde. Tout le monde respectait mon besoin de solitude, mon caractère calme et je faisais parfois acte de présence lorsque cela s'imposait.. Je me sentais bien dans cet univers où la seule personne dont j'étais réellement proche n'était autre que mon frère. Nous ne nous ressemblions pas mais nous étions comme les deux faces d'une mienne pièce, complémentaires! Cependant, je favorisais les balades dans le parc, à cheval ou à pieds, m'ouvrant à l'énergie bienfaitrice de la nature. Y découvrant aussi l'étendue de mes pouvoirs... La phytokinésie était un don pratiquement inné pour moi. Je la maîtrisais à la perfection, gagnait rapidement des galons auprès de mon professeur en la matière. Je découvrais aussi ma capacité à voir l'infiniment petit et l'infiniment grand. La sève courant dans les feuilles, l'élégance irisée d'une plume de corbeau... Comme si l'univers dans son ensemble me permettait de l'appréhender. Mon seul ennemi, le soleil. Rares étaient les jours où je me promène, encore aujourd'hui, sans lunettes de soleil.

A l'institut, j'ai fait preuve d'une rare qualité au niveau de mes études, sautant deux classes au cours de mon cursus. Je n'avais pas encore 16 ans lorsque j'ai passé mon bac scientifique avec mention très bien. C'est alors que j'ai décidé de quitter le monde magique qui m'entourait depuis ma naissance pour rejoindre celui de papa... J'ai décidé de faire médecine. Je suis entrée en première année, pleine de détermination. Une année difficile, pleine de gens étranges, bien plus bizarres que les vampires et autres dragons que je pouvais côtoyer régulièrement. Cette faune mystérieuse m'impressionna un peu... Mais je me concentrais sur mes études. Je fus propulsée seconde de ma promo à l'âge de 16 ans et 10 mois. J'engageais ma seconde année avec joie, elle se passa très bien... Ce fut cependant lors de la première journée de mon premier stage infirmier, à L'hôtel Dieu, que se produisit quelque chose qui stoppa net mon envie de suivre clairement les traces de Charles de St. Ange. J'étais dans la salle de soin d'un patient aux urgences... Lorsque la patiente, une vieille dame souffrant d'un panaris, me fit remarquer que ma couleur de cheveux était bien étrange. J'avais toujours porté un brun roux, digne mélange des cheveux foncés de papa et du magnifique roux flamboyant de maman... Mais quand la gentille dame me parla de rose bonbon? Je me tournais les yeux vers mon médecin attitré... Que me fit comprendre d'un regard que la femme ne perdrait pas la tête, ne se payait pas ma tête non plus... J'ouvris des yeux immenses... Et ma première idée fut de rejoindre le chef d'ophtalmologie de l’hôpital... Autrement dit : Papa! Je me précipitais en courant à sa rencontr. Lorsqu'il me vit passer la porte de son bureau, il éclata de rire... Mais comprit bien vite que sa petite choupinette de 17 ans ne s'était pas fait une coloration qui avait mal tourné...

Je n'avais pas vraiment peur, je me demandais juste ce qui se passait. Le normalité et notre famille étaient depuis longtemps des frères ennemis. Papa n'avait d'ailleurs pas été très chaud quand ses enfants avaient du passer l'initiation magique des Callegan...

Cependant, mes mèches rose bonbon ne le perturbèrent pas trop. Et me rappela le don de ma grand-mère... Elle était capable de se métamorphoser en n'importe quoi! Je devais avoir prit ce pouvoir d'elle selon lui.

Cela me fit pousser un soupir de soulagement puis éclater de rire.. Ce qui provoqua une étrange poussée... Deux belles oreilles de lapin! Il ne m'en fallu pas plus pour comprendre qu'il allait me falloir être vigilente! Papa me passa son bonnet de chirurgien pour cacher ces oreilles qui, je l'espérais, finiraient par disparaître! Puis, toujours calme et rassurant, bien que visiblement amusé, il me conseilla d'aller à l'institut parler au professeur de métamorphose. Je lui expliquai que je ne voulais pas quitter le domaine médical, que je me plaisais dans mon travail... Il me rassura, me disant que ce que j'avais apprit ce serait pas perdu loin de là et me rappela que l'institut avait son propre cursus, que j'avais volontairement ignoré deux ans plus tôt pour suivre la voie "classique"... Surtout pour voir du pays, à vrai dire (tout en restant à Paris, la blague...)

Je du me rendre à l'évidence. Il avait raison... D'autant que les oreilles étaient toujours là, tout comme les cheveux rose. Papa s'amusa alors à m'appeler par mon troisième prénom et à imiter le lapin. Je ne pu m'empêcher d'éclater de rire, avant de le voir quitter son bureau pour l'intervention de l'après-midi.

Il avait laissé un message annonçant que je pouvais rentrer à la maison pour cause d'un petit malaise... Ce que je ne fit pas cependant, préférant écouter papa et rejoindre l’institut. Quelque jour plus tard, je demandais mon transfert de l'Hotel Dieu pour l'infirmerie de l’Institut.

Ainsi je repris mon cursus au sein de l'école, je n'avais pas encore 18 ans et en fin de compte, pas vraiment perdu de temps. C'était beaucoup plus pratique et me permettait de ne pas avoir peur si une queue apparaissait en plein TP de biochimie. D'un point de vu pratique magique, mon pouvoir se colla à celui des autres en ce qui concernait la détermination des blessures. Cela était juste un peu plus douloureux pour moi. Je m'intéressais aussi beaucoup aux médecines douces et à l'homéopathie, les plantes étant mon domaine de prédilection depuis toujours. Quand vint les stages, je me régalai... La preuve en est que je ne sais toujours pas quelle spécialité je vais prendre pour de bon (je devrais avoir déjà choisi!)...

Quand arriva 2012 et son jour de l'hiver dévastateur, j'étais à mon poste, prête à porter secours à ceux qui en avaient besoin. Ce ne fut pas facile mais j'y donnais beaucoup du mien... Au point de presque vider la marque dorée de mon tatouage et d'effectuer la première cérémonie de complétion. Cela m'a vraiment épuisé physiquement comme psychologiquement. Voir le mal s'abattre dans toute sa violence sur le monde me brisa. Je sentis le coeur de la nature manquer un battement, ce qui se répercuta dans tout mon être, jusqu'à mon âme... Mais ce qui me fit le plus mal, ce ne fut pas cela. J'étais assez forte pour y faire face, j'était une guérisseuse après tout. Non, ce qui me fit le plus mal, ce fut de perdre mon cousin. Le fils de ma tante Laura, la grande sœur de papa, était en stage économique à New York lors de l'attaque. Il devait revenir le lendemain pour passer Noël en famille... Avec nous tous... Nous ne l'avons jamais revu, nous ne savons pas ce qui est advenu de lui, tout ce dont nous sommes à peu près certains, c'est qu'il est mort, loin de nous, loin de ses proches, loin de ceux qu'il aime. Sa fiancée l'attends toujours... L'espoir est un puissant remède?

Depuis ce jour, plus que jamais, je mets les bouchées doubles. J'ai aujourd'hui 23 ans et suis en 5ème année, en internat à l'institut. Je continue mes stages... Je viens de finir celui de gynécologie, bien compliqué lorsqu'il s'agit de traiter d'espèces dont la grossesse est bien étrange pour un être humain. Je ne sais pas quel sera le suivant mais... J'ai aussi beaucoup de mal à maîtriser la métamorphose malgré cinq années intensives en la matière. J'en suis toujours au premier niveau. Mais je ne perds pas espoir qu'un jour, je pourrai me transformer en loup ou roseau sans problème! Ou transformer un démon en colombe... Pure utopie, mais... Enfin voilà! Voilà quelle est ma vie à présent. Les attaques de démons se multiplient, les choses étranges aussi... Je ne me laisserai pas démonter, j'ai trouvé en moi un courage que je ne pensais pas posséder. Surement l'énergie de la nature elle-même, qu'elle me confère pour aider à la préserver du mal.  

         
De l'autre coté de l'écran

         
♪Aurélie dite Missfantasy ou La Miss
♪ âge 30 ans
♪ Présence Trop trop souent!
♪ tu nous as trouvés comment ? Y'a quelques temps déjà, en visitant face de book
♪ Une dose d'amour ? Je vous aime plus que je ne saurais le dire <3
♪ Groupe Choisi Etudiants
♪ Avatar Emma Watson
©louha
Revenir en haut Aller en bas




♫ Chaton Vampire ♫
avatar
Shaelin Walker
http://institutchevalier.forumactif.org/#bottom http://institutchevalier.forumactif.org/
Quêteur - Niveau 1
► Messages : 216 ► Date d'inscription : 10/06/2015
► Crédits : 3491 ► Chambre : 2-5 ► Clubs : Escrime ► Pouvoirs :
- Aerokinésie +++
- Passe-Partout ++
- Téléportation + / -
- Energy Blast + / -
- Ailes de Sylphes


MessageSujet: Re: Harmonie de St. Ange ~ Un ange? Oui, peut-être, mais pas au paradis! Jeu 11 Juin - 14:56


Bienvenue dans l'Institut !

Bonjour Harmonie. Après vérification de tes antécédents, nous avons le plaisir de t'annoncer que ta fiche a été validée. Tu logeras dans la chambre 2-4. Au vu de ton histoire, tu intègreras le groupe : Etudiants

Tu connais déjà la maison il me semble ;)

Maintenant que tu es validé tu peux aller réserver ton avatar, et faire ta fiche de liens (fortement conseillé). Pour les étudiants, tu peux aussi aller postuler pour un club. Tu pourras ensuite te lancer dans le RP tête baissée ! N'oublie pas que les quêtes et les intrigues sont là pour rythmer ton avancée dans le forum !

Voici quelques liens utiles pour bien commencer :
www. Le Règlement
www. Le Contexte
www. Les Scénarios
www. Les Crédits (monnaie du forum)

N'hésite pas à MP un membre du staff à la moindre question, ou à utiliser la section 'demandes' !
©louha pour l'IC, inspiré par Alysha


Shaelin Walker
« She's mad, but she's magic. There's no lie in her fire. »•MP
 
Revenir en haut Aller en bas

Harmonie de St. Ange ~ Un ange? Oui, peut-être, mais pas au paradis!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Amber - On peut m'adoucir, mais jamais me dresser...
» poème en vrac d'Ange
» Phanuel, EX-Ange Céleste d'Artémis
» Ange - Rubiel ~~ [Terminée]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institut Chevalier :: Bons élèves-